S’évader de la vie citadine aux Serres royales de Laeken

Près de la périphérie de Bruxelles, il y a un trésor caché pour les amoureux des plantes. Destination un peu exclusive, ouvertes seulement quelques semaines par an, les Serres Royales de Laeken sont une merveille à la fois architecturale et verdoyante.

L’histoire des serres

Construit à la fin du XVIIIe siècle, le château de Laeken sert de résidence à la royauté belge depuis l’indépendance du pays. Le roi Léopold Ier a incorporé certaines des terres voisines dans le domaine, mais c’est le roi Léopold II qui a complètement transformé le terrain. Les serres, les galeries de liaison et les bâtiments annexes ont été construits entre 1874 et 1905. L’architecte Alphonse Balat, l’un des professeurs de Victor Horta, a conçu et supervisé la construction des serres. Construit en fer et en verre, le style intègre des éléments néo-classiques et Art nouveau.

Voici une vidéo présentant ce lieu :

Léopold II a imaginé que le domaine serait utilisé pour accueillir des congrès et des cérémonies et recevoir officiellement les invités de la famille royale. Il s’est lancé dans une quête pour créer l’une des plus belles collections de plantes et de fleurs d’Europe. Certains des meilleurs botanistes, horticulteurs et fournisseurs ont collaboré à la conception des jardins et des serres, tandis que le roi lui-même apportait des plantes de ses voyages à l’étranger.

S’aventurer dans le jardin

La première chose qui accueille les visiteurs est l’orangerie. Le bâtiment abrite les orangers sensibles pendant l’hiver, mais dès que le temps se réchauffe suffisamment, ils sont déplacés à l’extérieur pour profiter de la lumière directe du soleil. Outre les orangers, des rhododendrons, des lauriers et des camélias peuvent être trouvés à l’intérieur de l’orangerie. Les serres présentent l’une des plus anciennes et des plus grandes collections de camélias au monde, qui a été lancée par le roi Léopold II et présente l’espèce de fleur Roi Léopold, dédiée à la famille royale belge.

Après avoir traversé la Serre du Théâtre, la plus récente, le chemin mène aux jardins. De là, deux options sont disponibles pour continuer le voyage, une qui explore davantage le domaine avant d’arriver au reste du complexe de serres, et une plus courte qui reste proche des bâtiments, mais offre toujours un aperçu de l’incroyable jardin de style anglais. Le chemin le plus court passe par l’atelier de sculpture de la reine Elisabeth, dont le style pittoresque contraste avec les structures de verre modernes qui se trouvent derrière.

Le complexe de serres

Enfin, le merveilleux complexe de serres. Le parc et les serres ne sont ouverts au public que quelques semaines par an, entre fin avril et début mai. Les billets doivent être réservés à l’avance et malheureusement tous les créneaux horaires ont été complets cette année, mais cela vaut certainement la peine d’attendre.

Le roi Léopold II a vécu dans le pavillon des palmiers les dernières années de sa vie et y est décédé en 1909, c’est pourquoi cette section est fermée au public. Cependant, la serre de palmiers adjacente est ouverte aux visiteurs et offre un aperçu de la flore subtropicale du monde entier. D’un côté, bien en dessous des grands palmiers, se trouve un ficus elastica, un hévéa qui rappelle le Congo, puisque, à cette époque, la majorité de leurs revenus provenaient des produits en caoutchouc.

Sandra N.

J'ai bougé partout en Europe et quelques pays d'Asie et d'Amérique du Sud. Aujourd'hui je suis mère au foyer mais je ne rate pas une occasion avec mon mari et mon petit bout de chou de m'évader en vacances autour du monde :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.